Séance de nu artistique

Pour ceux qui me suivent sur les réseaux sociaux (facebook : Camigraphie - Camille Weishard - Photographe pro. Lorraine et Alsace et instagram : Camigraphie - Camille Weishard), vous avez pu voir quelques photos de mon nouveau projet sortir. En effet, il s'agit d'une séance de nu artistique avec cheval. Beaucoup ont aimé les photographies, mais j'ai senti une certaine réticence de la part de certains qui se demandaient : pourquoi ? Quel intérêt ? C'est étrange !


Je tenais tout d'abord à remercier Coralie d'avoir joué les modèles pour cette première séance de nu, pour elle, comme pour moi, ainsi que son magnifique Apollo, ainsi que son chéri pour les coups de main (#oreillesenavant, #metmoiviteunpeignoirquelquunarrive, #apollosesauve). Revenons en donc aux débuts :


LES DÉBUTS

Lors de ma première formation de photographe en été 2017, j'ai été confrontée à ma première modèle nue. J'appréhendais réellement d'être face à elle et face au nu. Pas à l'aise, mal dans ma peau du fait d'être toute habillée face à quelqu'un de nu, et quelque part vulnérable ? a mon sens. J'ai fait ma séance à une vitesse éclair pour retourner à ma zone de confort au plus vite. C'est en retouchant les photos durant le dernier jour de la formation que j'ai pu observer les photos : la mise en valeur du corps et ce résultat d'un corps deviné grâce à la lumière et aux poses et ce corps non exposé que j'aimais beaucoup. On avait là une photo artistique et pas VULGAIRE !



C'est la première fois que je publie ces images issue de la formation portrait avec Ludovic Florent à l'Atelier de Charles, et à y revenir, deux ans plus tard, je n'aurais absolument pas le même résultat !



Nu en grossesse

Lors d'une deuxième formation (à l'Atelier de Charles encore une fois, avec Vérène Sutter) j'ai été confrontée une deuxième fois à la photographie de nu artistique, mais cette fois-ci dans le contexte du nu artistique en grossesse. Un nouvel aspect de ce monde inconnu et j'ai eu encore plus de mal, contre toute attente ! C'est pour cela que sur la presque totalité de la séance, j'ai utilisé des voilages pour cacher, en mettant en valeur. Avec du recul je pense que le malaise venait du fait de ne pas être à l'aise avec les différents modèles. Nous n'avions pas pu discuter avant, pas faire connaissance, c'est un peu brut comme rencontre et j'ose imaginer que le problème venait de là. Peu importe la séance, j'ai besoin de créer un lien avec la personne, de savoir ce qu'elle veut, ce qu'elle ne veut pas et créer du contact.



Pas à pas

Quand E. est venue vers moi pour des photos de lingerie, j'ai été surprise ! Je n'en avais réalisé qu'une seule fois à la première formation à l'atelier et j'avais beaucoup aimé, mais je n'imaginais pas en refaire un jour. Nous avons longuement discuté : ses envies, les poses qu'elle aimait, les recherches d'inspiration de mon côté. Nous ne nous connaissions pas avant de nous rencontrer pour cette première séance lingerie/boudoir. Et le fait de connaitre la modèle en ayant discuté avec elle, me prouve que oui, j'ai besoin de contact et qu'au final ce n'est pas le nu qui m’arrêtait, car les photos finales me plaisaient toujours. Le travail était complètement différent cette fois-ci : je guidais ma lumière et ma modèle pour obtenir les meilleures photos. Personne avec nous pour me guider, je peignais un tableau et je ne voyais plus une personne presque nue, mais une lumière mettant en avant les courbes de son corps de manière artistique !


Puis c'est C. qui est venue à moi après ce premier shooting pour des photos en lingerie et en partie nue. Le chemin se faisait et je n'avais plus la même approche du nu : je ne me sentais plus mal à l'aise face à une personne nue, j'étais là pour lui montrer à quel point son corps est beau et qu'il faut l'accepter. Mettre en avant l'artistique et non le vulgaire est pour moi indispensable !



Séance artistique

A partir de là m'est venue l'idée de passer à la prochaine étape : les photos de nu artistique ! Mais je ne voulais pas l'aborder n'importe comment. Mon travail a toujours été au plus proche de la nature et vous le savez, ma spécialisation est la photographie équine : la relation cheval et cavalier. Parmi les légendes, celle de Lady Godiva qui m'a toujours passionnée et rendue fière d'être une Femme. Si vous ne la connaissez pas, je vais vous la conter :


L'histoire raconte qu'elle était l'épouse d'un comte. Les habitants de cette ville souffraient des impôts. À plusieurs reprises, Lady Godiva fit appel à son mari, qui refusait obstinément de diminuer les taxes. Enfin, las de son insistance, il prétendit accéder à sa demande si elle montait à cheval nue dans les rues de la ville. Celle-ci le prit au mot, et traversa la ville, vêtue seulement de ses longs cheveux. Son mari tint parole et supprima les impôts.


Ma séance se dessinait doucement : la retour à la nature, la légende de Lady Godiva, les histoires de nymphes. Je me suis alors lancée dans la recherche de ma future modèle. A ma grande surprise, j'ai eu de nombreux retours, à mon sens. J'ai privilégié quelqu'un que je connaissais déjà afin d'être tous à l'aise, avec un cheval clair pour mieux jouer avec la lumière. C'est ainsi que Coralie et moi avons commencé à échanger concernant le lieu, les poses, le matériel à prévoir etc... Et le jour J c'était partit !


J'ai adoré réaliser cette séance qui, pour moi, était pleine de sens. Ce n'était pas juste du nu avec un cheval : c'était une séance du corps au retour dans la nature. Une relation presque légendaire et féerique entre la femme / la nymphe et la cheval. Je sais que pour certains, cette séance n'aura toujours pas plus de sens, mais pour moi c'est une séance et un défi personnel qui sont acquis !


Merci de m'avoir lue, des bisous ! Camille

205 vues

CAMIGRAPHIE

PHOTOGRAPHE EN LORRAINE ET ALSACE

  • Facebook
  • Instagram
  • Instagram

QUESTIONS ?

COMMENTAIRES ?